Accueil arrow N° 8 - (réf. SONA1058) arrow Alyte solitaire
Sonatura - le site des audionaturalistes

Newsflash

Escales aux Philippines, en Finlande, au Québec, en Bretagne, dans les Causses ...

 

Le n° 13 de Sonatura

 
 
 
 

Abonnements et commandes

Abonnements et Commandes
Alyte solitaire Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par Philippe VUILLAUME   
21-11-2007

"Play Sound" (Mini-MP3-Player 1.2 ©Ute Jacobi)

   Le Mesnil en Vallée (49). Vendredi 21 juillet 2006 peu avant 23 h 00.
Une nuit d'été, l'orage au loin se rapproche. Au pied du vieux mur de pierres j'attends notre « visiteur du soir ».

Alyte accoucheur - Alytes obstetricans
Dessin Ph. VUILLAUME
  L’Alyte accoucheur (Alytes obstetricans) est un crapaud de petite taille mesurant souvent moins de 45 mm (maximum 55). L’adulte exclusivement terrestre fréquente les bois, les talus, les jardins et se cantonne près d’un point d’eau (dans un rayon de 100 m environ). On le rencontre du niveau de la mer jusqu’à 1500 m d’altitude dans le Jura, les Alpes et le Massif Central et même jusqu’à 2400 m dans les Pyrénées. Crépusculaire et nocturne, il est capable de s’enfouir dans un sol meuble et se cache dans la journée sous une grosse pierre, dans une anfractuosité, un trou de mur ou une galerie de rongeur.
Le mâle porte les œufs, attachés en un cordon à ses pattes postérieures, tout le temps du développement des embryons (14 à 49 jours). Cette particularité lui a valu son nom.
L’autre spécificité de ce petit crapaud est son chant nuptial doux et flûté, très différent de celui des autres amphibiens : succession de courtes notes cristallines - « tiout » - émises régulièrement toutes les 1 à 3 secondes qui lui valent souvent son appellation locale.
Ainsi, ai-je trouvé dans la littérature :
« Celui qui a entendu le chant de l'Alyte un soir d'été ne l'attribue pas spontanément à un crapaud. Ce chant particulier est à l’origine des noms locaux poupoute ou pout-pout qui sont des onomatopées. »(1)
« Clouc : sorte de petit crapaud qui, par les belles nuits d'été, fait entendre son chant très doux qui lui a valu son nom. »(2)

(1) GABORY, O. La Flore et la Faune dans le parler des Mauges. Beaupréau (49 ) : Carrefour des Mauges, Mars 2006. ISBN 2-910 240-25-8 (CPIE Loire et Mauges).
(2) VERRIER, A.-J., ONILLON, R. Glossaire étymologique et historique des patois et des parlers de l'Anjou. Angers : Germain et G. Grassin, 1908.

Matériel : enregistreur MiniDisc SHARP MD-MT190 ; micros Sennheiser K6+ME64 en couple XY..

       Philippe VUILLAUME
Dernière mise à jour : ( 16-05-2008 )
 
< Précédent   Suivant >

© 2017 Sonatura - le site des audionaturalistes
Joomla! est un logiciel libre distribué sous licence GNU/GPL.
Template Design by funky-visions.de

Advertisement